Salut mes petites nuances de rouge,

On se retrouve ce soir pour un petit repost d’une de mes chroniques du boudoir écarlate. Il s’agit de ma revue de L’Homme rune de Peter V. Brett, le premier tome de sa série Le cycle des démons.

Quatrième de couverture:

Dans le monde du jeune Arlen, dès que le soleil se couche, les démons sortent de terre et dévorent les êtres vivants. Leur seul espoir de survie est de s’abriter derrière des runes magiques. Seule une poignée de Messagers bravent la nuit pour relier les hameaux dont les habitants ne s’éloignent jamais.
Mais lorsqu’une terrible tragédie le frappe, le jeune Arlen décide qu’il ne veut plus vivre dans la peur : il quitte sa ferme et part sur les routes en quête d’un moyen de se battre contre les démons et de les vaincre.

L’homme rune de Peter V. Brett est l’exemple parfait du coup de cœur ou tout du moins du roman qui s’en approche. C’est le livre que vous ne connaissiez pas, dont l’auteur vous était inconnu, que la couverture vous parlez, que sur un coup de tête vous avez décidé de lire et que dès la lecture des premières pages vous vous êtes retrouvé happé par l’univers que l’auteur a créé.

Après plusieurs mois à lire quasi uniquement du MM et du young-adult, j’avais une énorme envie en ce début d’été de sortir de mes habitudes littéraires et de me perdre dans de nouveaux genres. Aimant beaucoup la fantasy je me suis tourné vers ce premier tome du cycle des démons de cet auteur new-yorkais et je dois avouer que je ne suis pas du tout déçu.

J’ai adoré ma lecture qui s’est approchée du coup de cœur. Je l’ai dévoré le temps d’un weekend et je me suis d’ailleurs décidé de faire de cette série, ma saga de l’été.

Avec l’homme rune, l’auteur a peint un univers extrêmement riche peuplé de créatures magiques et de personnages dotés d’une palette de personnalités des plus variée. Je me suis immédiatement et fortement attaché à certains, comme Arlen et Roger pour ne citer qu’eux et j’en ai détesté tout aussi fortement et rapidement d’autres. Jardir est d’ailleurs le personnage fictif, tout univers confondu pour lequel j’ai le plus d’antipathie.

J’ai beaucoup aimé le style de l’auteur, qui malgré l’usage de nombreuses descriptions a réussi à nous offrir un récit fluide et dynamique. Cela s’explique aussi par le fait que l’auteur a choisi de narrer l’histoire de ce premier tome sur plusieurs décennies tout en contant indépendamment l’histoire de trois personnages différents pendant les ¾ du roman avant qu’ils ne se retrouvent vers la fin. On a donc eu un panel de lieux et de personnages très différents et chaque personnage nous a dévoilé une vision différente de la vie sur les terres de Thésa et sur leur passif avec les démons.

Bien entendu, « cohabiter » avec des démons qui reviennent chaque nuit pour se nourrir de chair humaine et festoyer sur ce qu’il reste des corps déchiquetés, le tout dans un livre à mille lieues du roman jeunesse promet un récit très dur et très explicite. Tous les personnages ont souffert, souffrent et souffriront encore dans les tomes à venir.

Le livre est jalonné de morts, de viols et des scènes assez crues. Si vous avez aimé Game of Thrones, vous ne serez pas dépaysés et vous pourrez même je pense apprécier cette série de Peter V. Brett. Personnellement, moi qui n’est regardé que quelques épisodes de la série et n’ai pas lu les romans de George R. R. Martin, je l’ai adoré et j’ai vraiment apprécié dans cette lecture beaucoup plus adulte et travaillée que celles dont j’ai l’habitude.

J’ai passé un excellent moment de lecture, et j’avais, à la fin du livre, tellement peu envie de quitter Thésa que j’ai décidé d’enchainer les autres tomes. Vous comprendrez alors facilement, pourquoi je vous conseille fortement ce titre et cette série de chez Bragelonne, qui en plus pour leurs 10 ans, vous le propose au petit prix de 10 euros.

L’Homme Rune de Peter V. Brett
4.7 Note
Histoire
Personnages
Ecriture

Laisser un commentaire

Check Also

L’étoile de Ren (Les Chroniques de la lune brisée #1) de F.T. Lukens

Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas comme j’en avais parlé ailleurs qu’ici, L’étoi…