Salut mes petites nuances de rouge,

On se retrouve aujourd’hui après quelques semaines, mois, d’absence pour une nouvelle chronique et il s’agit de mon avis concernant Hudson’s Luck, le quatrième tome de la série A Forever Wilde Novel de Lucy Lennox.

Résumé :

Hudson:

Ne jamais demander en mariage accidentellement à votre petite amie. Devant sa famille, surtout si son père est votre patron. Parce que quand vous dites clairement que vous avez fait une erreur, il risque de vous envoyer à l’étranger pour vous éloigner le plus possible de sa fille au cœur brisé. Cela m’est arrivé. Maintenant je suis coincé en Irlande essayant de me racheter pour que je puisse être promu et avoir la vie que j’ai prévue: une carrière réussie, une femme et des enfants aimants, une vie familiale confortable et financièrement sûre au Texas.

Mais tout cela semble s’évaporer au moment où j’entre dans le pub historique et que je vois la plus belle femme que je n’ai jamais vue. Seulement, ce n’est pas une femme.

Charlie Murray est définitivement un homme – le genre d’homme qui me fait jeter un second regard pour la première fois de ma vie. Et un troisième regard, et quatrième. Je ne peux pas m’empêcher de vouloir mieux le connaître … pour me rapprocher de lui, le toucher, peut-être même l’embrasser. Mais je suis droit. Ou alors j’ai toujours pensé. Même si je ne le suis pas, comment un irlandais fougueux pourrait-il entrer dans la vie sûre et prévisible que j’ai toujours prévue?

Charlie:

Ne tombez jamais accidentellement pour le gars droit. Surtout quand il essaie de faucher les affaires de ta famille. Je devrais le savoir. Parce que quand Hudson Wilde entre dans le pub de ma famille et commence à babiller si adorablement, je ne peux pas m’empêcher de tomber juste un peu amoureux. Mais je cherche Forever Man, et l’Américain sexy n’est certainement pas lui. Il est si confus au sujet de ce qu’il veut, même en choisissant quelque chose dans le menu du dîner le jette dans une flaque d’eau. Mais ces yeux … comment puis-je résister?

Alors peut-être que je vais céder. Une nuit torride avant qu’il rentre à la maison et je retourne à la vie au pub. Nous ne nous reverrons plus jamais.

Jusqu’à ce que, bien sûr, son contrat d’affaires m’envoie à Hobie, au Texas, au beau milieu de la vie stable de Hudson, plus de Wildes gays que sur une piste de danse, et d’une ex-petite amie qui peut rester ou non. Mais plus je passe de temps avec Hudson, plus je pense qu’il pourrait être mon Forever Man après tout. Et je peux être le sien. Est-il possible que nous puissions tous les deux être si chanceux?

Hudson’s Luck est le quatrième livre de la série Forever Wilde, mais peut être lu seul. Méfiez-vous qu’il comprend 93k mots de pièces d’homme délicieux toucher, grand-père ingérence, voisins curieux, chiens fornicating, les chats étant des chats, des chevaux … ah, des pommes qui croquent? ou quelque chose … et un très affectueux Stevie.

On avait laissé Hudson, l’ainé de la famille Wilde dans une situation assez délicate à la fin du tome 3. Il avait fait une demande en mariage par inadvertance. Il était revenu sur celle-ci, s’était fait larguer par sa petite amie et avait été envoyé par son ancien beau-père et patron en Irlande. Yep, vraiment pas la joie, enfin pour lui, car moi j’étais plus qu’heureux d’avoir enfin son histoire. Hudson étant un personnage qui m’avait intrigué dès son apparition dans le tome un et qui avait continué d’attiser ma curiosité à chaque fois qu’on en faisait mention dans un des livres précédents.

Et je dois avouer que le personnage d’Hudson ne m’a vraiment pas déçu. Il a une réelle sensibilité et un sens de la famille qui me parlent réellement. Ce sont des traits de caractère dans lesquels je me retrouve, tout comme son besoin quasi obsessionnel de rendre fier son paternel. Durant les trois précédents tomes, je m’étais imaginé qu’il était bisexuel et qu’il ne souhaitait tout simplement pas que ça sache, qu’il ne voulait pas être le énième gay de la famille Wilde et qu’il préférait donc la compagnie féminine. Pour moi ce tome allait tourner autour de sa rencontre avec un partenaire sexuel qui allait suffisamment retourner son petit monde pour qu’il décide de passer outre ses appréhensions et ses rêves de famille de type une femme, un gamin et demi, un chien et une petite maison avec une jolie clôture. J’ai donc été agréablement surpris de que Lucy décide de traiter sa sexualité sans y adjoindre trop d’étiquette. Il s’en fout d’être bi, demi ou pan. Il aime un mec, sur le coup ça le choque un peu et au final bah c’est ainsi. J’ai apprécié que l’auteure ne fasse pas un simple gay for you, du genre il est gay seulement pour Charlie. Alors certes pour ce qui est de la sexualité du jeune homme j’étais tombé à côté, mais j’étais au moins tombé juste sur ses souhaits de famille et son appréhension du regard des autres. Ce sont deux points qui, avec ses « daddy issues », vont beaucoup influencer sur sa relation et sur le déroulé de l’histoire. Hudson n’a certes pas trop de difficultés à accepter sa sexualité, mais pour ce qui est de l’assumer au grand jour et de s’imaginer un futur avec un homme, là, c’est plus compliqué. J’ai beaucoup apprécié que l’auteur insiste sur ces sujets, car j’ai trouvé que ça apporté énormément de réalisme à l’histoire.

Bien entendu tout ne tourne pas autour du personnage de Hudson et j’ai adoré le personnage de Charlie. Lucy n’aurait pas pu imaginer un compagnon plus parfait pour Hudson. Autant sur une multitude de points ils se ressemblent, autant ils peuvent être diamétralement opposés. Ils partagent la même dévotion envers leur famille. C’est leurs univers, leur oxygène et ils ne se voient pas vivre sans. Ils ne sont pas des rats des villes, mais de véritables rats des champs. Hudson adore le ranch de ses grands-parents qu’il préfère à la ville de Dallas où il réside pour le travail et bien qu’ayant fait ses études en ville et y retournant de temps en temps, Charlie est extrêmement attaché aux falaises des terres de ses aïeuls. Par contre, question caractère c’est limite le jour et la nuit. Là où Hudson est un personnage assez posé, Charlie est une boule d’énergie. Hudson est aussi beaucoup plus réfléchi que son comparse irlandais qui lui est plus impulsif. J’ai trouvé qu’ils se complétaient énormément et j’en étais un peu jaloux à la fin, car c’est vraiment le type de partenaire dont je rêve, quelqu’un qui partage une même vision, mais qui vient combler vos faiblesses par ses atouts et avec qui je pourrais avancer main dans la main.

Je vous parle uniquement des personnages principaux, mais comme dans tous les livres de Lucy Lennox, les personnages secondaires ont comme à leur habitude une place et un rôle important. Les grands-parents de Hudson ainsi que Stevie, West et Nico que l’on a rencontré dans les tomes précédents vont vraiment influencer sur le destin de nos deux amoureux.

D’ailleurs en parlant de destin, parlons un peu de l’histoire. J’ai aimé suivre l’évolution de la relation de Hudson à Charlie. J’ai aimé leur rencontre, assister au choc d’Hudson quand il a découvert qu’il avait jeté son dévolu sur un homme. J’ai aimé être aux premières loges de leur voyage commun vers leur happy ever after et bien entendu j’aimé assister aux premiers ébats sexuels avec un homme d’Hudson. Comme d’habitude avec Lucy les scènes de sexe sont chaudes, bien écrites et suffisamment détaillées pour émoustiller le lecteur. Lisez ici que mon boxer ressemblait à une tente quechua format familial. J’avais un peu peur d’assister à des premières scènes pleines de comparaisons, d’incertitudes et d’hésitations, mais non. Certes, Hudson ne s’y prend pas comme une star de porno gay dès sa première fois, mais bon il ne s’y prend pas non plus comme une vierge effarouchée qui va perdre son pucelage. Heureusement, car ça m’aurait vraiment gavé et ça aurait tué le mythe (et mon érection) que je vouais à Hudson depuis le tome 1.

Par contre, je dois avouer que j’ai eu un léger sentiment de « c’est tout » arrivé à la dernière page. J’ai mis du temps à comprendre pourquoi. Le livre est bon, j’avais passé un agréable moment avec ce livre que j’avais dévoré et pourtant j’avais l’impression qu’il me manquait quelque chose. J’ai réfléchi, j’ai relu certains passages pour au final simplement réaliser que le problème de Hudson’s Luck venait simplement du fait qu’il arrivait après Wilde Fire. Ce dernier avait un tel coup de cœur pour moi, explosif dès les premières pages, avec une histoire tellement riche en émotion et en rebondissement qui avec son enquête policière avait dépassé le simple cadre de la romance, que ce quatrième tome m’a forcément semblé un peu fade avec sa romance « classique ». Alors, n’allez pas croire que l’on s’ennuie en le lisant, ce n’est pas le cas. C’est juste que j’attendais de retrouver la même charge émotionnelle qu’à la lecture de son prédécesseur. Seulement ce n’était pas possible comme on n’a pas la pression et le suspens de l’enquête et de ses conséquences. Après ce n’est pas un mal. C’est bien que Lucy ait préféré mettre le focus de son livre sur un autre point, et après la tornade Wilde Fire, ça ne fait pas de mal un peu de calme.

Voilà, je pense avoir fait le tour. Avec Hudson’s Luck, Lucy Lennox nous offre encore une fois une romance de grande qualité. Bien que je l’ai trouvé un cran en dessous de son prédéceur, je ne peux que vous conseiller ce titre. Il surpasse, de loin, bon nombre des romances mm qui sortent et il me tarde de voir ce que l’auteur nous réserve pour la suite. Le tome 5 sera centré autour de Saint, le frère jumeau d’Otto et au vu des premiers aperçus que l’on a eus du personnage et de son choix de carrière, je pressens que l’on va avoir le droit à une histoire tout aussi explosive que Wilde Fire. J’ai hâte.

Hudson’s Luck de Lucy Lennox
4.1 Note
Histoire
Personnages
Erotisme
Ecriture

Laisser un commentaire

Check Also

Begging Ben de Anyta Sunday

Salut mes petites nuances de rouge, Comme convenu on se retrouve ce soir pour ma revue de …