Je crois que je devais être dans un weekend « besoin de réconfort », car après avoir lu CAMP H.O.W.L de Bru Baker, le dernier de la collection Dreamspun Beyond, j’ai directement enchainé avec la nouveauté de la collection Dreamspun Desires. Il s’agit du cinquième titre de M.J. O’Shea dans cette dernière, GAME POINT (English review below the french one).

GAME POINT de M.J. O'Shea
GAME POINT de M.J. O’Shea

GAME POINT est l’histoire de Quinn Valenzuela, l’héritier de l’entreprise familiale dont il va se retrouver aux manettes suite au décès de son grand-père et cela même s’il n’a jamais travaillé de sa vie. Jusqu’à ce tournant de sa vie, Quinn ne vivait que pour faire la fête dans les milieux prisés de la Jet Set en dépensant l’argent familial.

C’est à l’enterrement de son grand-père qu’il va réellement rencontrer le dirigeant de la société, Porter Davis, ancien champion de Tennis et protégé de son grand-père. Plus âgé, plus sérieux, il a très peu de respect pour l’héritier de la famille et n’a pas envie de travailler pour lui.

Quinn ayant décidé d’honorer les volontés de son grand-père en prenant sa succession, les deux hommes que tout semble opposés vont devoir travailler ensemble.

J’avais lu Marriage of inconvenience cet été et j’ai retrouvé avec plaisir la plume de l’auteur qui m’a fait passer un agréable moment de lecture. J’aime beaucoup les histoires de type « Slow burn » et « Ennemies to lovers » donc le speech de base m’a parlé dès le début.

Globalement, GAME POINT est une lecture agréable qui se place dans les très bons titres de la collection Dreamspun Desires.

J’ai apprécié le rythme lent du début, l’auteur ne précipitant pas les choses. On apprend à connaitre les deux personnages, quelques brides de leur passé et on ressent bien les sentiments qu’ils sont l’un pour l’autre. Après ça ne fait pas trop « Ennemies to lovers », car on ne ressent pas réellement d’animosité entre les deux hommes mais plus des préjugés exacerbés par la situation. C’est d’ailleurs pour moi une petite déception, car j’aurais aimé que ce côté « ennemi » soit plus développé et que les étapes ennemis, amis, amants soient si rapidement passées. J’aurais préféré que l’auteur prenne plus son temps sur les deux premières afin qu’on ressente réellement le rapprochement de Quinn et Porter. Ce côté précipité s’est aussi retrouvé dans la manière dont ils apprennent la sexualité de l’autre, j’ai trouvé ça un peu « WTF » et réellement cliché.

Globalement, GAME POINT est une lecture agréable qui se place dans les très bons titres de la collection Dreamspun Desire. L’histoire est sympathique, tout comme le sont les personnages principaux et secondaires, j’aurais juste apprécié que Quinn et Porter ne passent pas aussi rapidement d’amis à amants et que le passé de jetsetter du premier soit plus exploité. Mon seul point réellement négatif est pour moi la fin qui est trop précipitée. Un petit épilogue n’aurait pas été de refus.

Note: 3etoilesHot-ometre: 2hot

 

Laisser un commentaire

Check Also

Begging Ben de Anyta Sunday

Salut mes petites nuances de rouge, Comme convenu on se retrouve ce soir pour ma revue de …